Maison Chroniques Dans les oreilles de la rédaction – #6

Dans les oreilles de la rédaction – #6

0

Certains sont au travail, d’autres en télétravail ou encore une poignée se la coule douce, mais on ne vous oublie pas ! On va vous accompagnez toutes les semaines durant cette période un peu particulière avec cinq morceaux récents ou non choisis par Franck Blanquin et Simon Pernin aka Little Bilbo. Toutes les musiques jamaïcaines seront mises à l’honneur : roots, reggae, dancehalldubrocksteadyskacalypso… by Franck Blanquin & Little Bilbo aka Simon Pernin

Tiwony – Papiyon La

Puisque nous étions en Martinique la semaine passée, il nous est aisé de prendre le bateau et de nous rendre cette semaine chez sa sœur située en face, La Guadeloupe. Cette île comme beaucoup d’île de la Caraïbes est une terre fertile en musiciens. On peut citer les plus emblématiques que sont les Kassav’ mais également avant eux, les Vikings, la musique est riche aussi de la culture du Gwo Ka. Le Reggae et le Dancehall ne sont pas en reste avec beaucoup d’artistes (Admiral T, Krys, Kurtis…). Tiwony est l’un des portes drapeau depuis plus de 20 ans. Il a toujours oscillé entre les deux univers, mais en gardant des textes conscients et engagés. Le titre “Papiyon La“ est issus de son album “Roots Rebel“ sorti en 2014. Il utilise symboliquement la forme de son île (le papillon) pour rendre hommage à celle-ci et dire aux Guadeloupéens qu’il est fier de représenter son patrimoine à travers le monde. Il prépare pour 2021 un album qui célébrera ses 25 ans de carrière, il vient de sortir le single “Gratitude“.

Warped – Elle me hante

Actuellement, même si le reggae made in West Indies a un peu moins d’écho en métropole comme c’était le cas dans les années 2000, il n’en reste pas moins dans la jeune génération, beaucoup d’artistes qui ont choisi ce style pour s’exprimer. Warped, le fait avec talent, son timbre de voix particulier et sa belle plume ne gâche rien. Il sort son premier album le 18 décembre, celui-ci s’intitule “ La Voix de la Rue“ Sur le titre “Elle me hante“, Warped aborde le thème universel des relations homme femme. N’hésitez pas à écouter également son nouveau single “Éritaj“ qui vient de sortir. Bonne écoute.

Edi Fitzroy – Bad Boy


On commence avec une big tune roots bien obscur « Bad Boy » signé Edi Fitzroy. Cette chanson a été créée en 1981 dans le studio de King Tubby sur le riddim mythique de “Money Money”, avec le soutien des Aggrovateurs. C’est Bunny Striker Lee qui offre ce riddim à Lloyd Norris dans l’espoir qu’il devienne un grand producteur. Dans la foulée Norris emmène le morceau chez Tubby’s, et s’associe à Edi Fitzroy pour une tune mythique. Dans ce morceau Edi lance un message à la jeunesse pour qu’ils mettent fin aux violences, un message toujours d’actualité.

Gaudi with Mad Professor – Kumo Dub

Avec ce nouvelle album Gaudi célèbre les 100 ans du Theremin. Kesako ? Développé en 1920 par le physicien russe Léon Theremin, le Theremin est un appareil électronique qui fonctionne avec des champs magnétiques et consiste en une antenne métallique contrôlée sans contact physique. Instrument de niche, il a été utilisé dans plusieurs styles de musique depuis sa création, des œuvres classiques aux bandes sonores de films de science-fiction, en passant par la pop et le rock. On retrouve sur ce nouveau projets les plus grands producteurs dub de la planète : Mad Professor, Adrian Sherwood, Scientifique, Dennis Bovell et Prince Fatty. En plus d’être présent ce sont eux qui ont fourni les riddims de ce projet (d)étonnant.  En tant qu’artiste solo, Gaudi a enregistré plus de 20 albums, tandis qu’en tant que producteur, il a des centaines de productions à son actif. En 30 ans de carrière, il a travaillé avec des légendes du reggae et de la musique électronique, dont Steel Pulse, Lee “Scratch” Perry, Michael Rose, Horace Andy… Ce projet roots mélangé à des sons proche de la science fiction est une réel expérience sonore.

Demon Fuzz – Remember Biafra

Demon Fuzz est un groupe britannique qui a connu un deuxième vie bien rempli. En effet en 2017, Music On Vinyl réédité leur premier album « Afreaka » qui va être un vrai carton. Ce que l’on sait moins c’est qu’il y a eu un deuxième album, paru en 1976, soit quatre ans après la séparation officielle du groupe, intitulé Roots and Offshoots, et paru sur un label obscur du nom de Paco Records qui n’a visiblement édité que cet album là. Autant dire que Roots and Offshoots est recherché par tous les collectionneurs digne de son nom. En 2020 le label français, Klimt Records, réédité l’album, mais  on ne sait malheureusement pas grand chose de ce label sinon qu’il est situé à Paris, et qu’il a une belle collection déjà à son actif. En revanche, pas de site, ni de Bandcamp ou de Facebook connu. Ce second album fait honneur aux racines du groupe et au reggae. Il nous livre trois morceaux reggae sur cet album dont le magnifique « Remember Biafra », un roots puissant porté par un saxophone stratosphérique.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE