Maison Lyrics & Culture Lyrics & Culture #7 : Reggae – Peter Tosh – “Feel No...

Lyrics & Culture #7 : Reggae – Peter Tosh – “Feel No Way” by James Danino

0


Lyrics & Culture #7 : Reggae – Peter Tosh – “Feel No Way” by James Danino

Peter Tosh est certainement un des artistes les plus importants et le plus reconnus de la Jamaïque. Il commence sa carrière au sein des Wailers aux côtés de Bob Marley et Bunny Wailer à l’époque du Ska. Dans le groupe Bunny et lui assurent les harmonies sur la majorité des chansons mais chacun des membres écrit des chansons et assurent parfois le “lead”. Parmi les morceaux des Wailers où Peter Tosh chante lead il ya des morceaux comme “Maga Dog”, “Downpresser” ou encore “Stepping Razor” qui deviendra un de ses surnoms. Dans le groupe chaque artiste a son propre “feeling” et son propre caractère. Bunny est décrit comme étant spirituel, Bob comme etant réservé mais très charismatique et Peter comme étant le plus rebelle des trois, ce que reflète le contenu de bon nombre de ses textes.

Les Wailers s’exportent en Angleterre 

Les Wailers ont un grand succès en Jamaïque avec le label Studio One mais se sentent lésés par Coxsone, un reproche que feront beaucoup d’artistes au producteur. Ils décident donc de former deux labels “Wail ‘N Soul’M” et “Tuff Gong” dès la fin des années 60. Ces labels les aideront à mieux gérer leurs affaires mais ils ne deviennent pas non plus millionnaires grâce à ceux-ci. Lors d’une tournée en Angleterre, le groupe se présente à Chris Blackwell, propriétaire du label Island, qui décide de leur faire signer un contrat et de financer deux premiers albums “Burnin'” et “Catch A Fire”. Il a une telle confiance en eux qu’il leur avance 4000 livres, ce qui équivaudrait à peu près à 50 000 euros de nos jours et il les laisse s’occuper du reste.

Le résultat est un mélange de nouvelles chansons et de reprises de morceaux plus vieux, tous d’une superbe qualité. Une fois les bandes reçues, Blackwell fait ajouter des éléments comme des solos de guitares et de l’harmonica dans le but de rendre ces albums plus faciles d’accès à un public non initié au reggae. Les albums se vendent mais ne rencontrent pas un succès extraordinaire dès leur sortie. Ca sera grâce à une reprise que le groupe arrivera à percer les marchés internationaux.

En effet Eric Clapton, alors au sommet de sa popularité, reprendra le titre “I Shot The Sheriff” présent sur l’album “Burnin'” et ce morceau rentrera dans le hit parade et créera une notoriété mondiale pour le groupe. Pourtant Peter Tosh et Bunny Wailer ne sont pas satisfaits du traitement qu’ils reçoivent de la part du label Island et particulièrement du fait que le label souhaite mettre en avant Bob Marley comme la star du groupe et par conséquent les reléguer au rôle de simples harmonistes. Les deux chanteurs quitteront les Wailers après ces deux premiers albums chez Island et Bob gardera le nom “Wailers” qui deviendra “Bob Marley and The Wailers”. Peter Tosh a lui formé son propre label “Intel Diplo” (Inteligent Diplomat) dès 1972 et suite à son départ du groupe produira quelques singles sur son propre label.

L’indépendance comme maître mot 

En 1976, il signe un contrat associant son label à “Virgin” et “Columbia” deux maisons de disques internationales, et c’est ainsi qu’il reprend le chemin vers la reconnaissance internationale. Son caractère rebelle ne rend pas les relations avec ces labels faciles et au cours des années suivantes il s’associera à plusieurs grands labels internationaux tels que EMI et Rolling Stones Records. Une des collaborations avec Mick Jagger des Rolling Stones, ” Walk And Don’t Look Back”, connaitra le succès et participera à l’établir comme un artiste reconnu dans le monde entier. Alors que Peter Tosh est un artiste militant qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense et de le chanter sur ses disques, parfois au risque de sa propre sécurité, il est aussi conscient de la nécessité d’adapter sa musique pour le marché international. Ainsi il réécrira à sa sauce le hit du chanteur rock n roll Chuck Berry, ” Johnny B Goode” et n’hésite pas adapter la musicalité de ses albums pour les rendre plus digestes pour un public non averti.

Malgré ces concessions, une chose est sur, Tosh refuse de modifier la teneur de ses messages. Il considère que c’est son rôle que de dire la vérité telle qu’il la perçoit et que ce soit face aux politiciens de son pays, que ce soit face à la police, ou que ce soit face aux injustices du monde Tosh ne mets jamais d’eau dans son vin. Cette attitude lui vaudra plusieurs séjours en prison et plusieurs tabassages aux mains de la police et beaucoup de gens considèrent que son assassinat en 1987 fut commandité par les politiciens de son pays, inquiet de son influence… Le morceau que j’ai choisi ici ne figure pas parmi ses plus connus, mais c’est certainement un de mes préférés de Peter. Il apparait sur l’album Mama Africa sorti en 1983 sur le label EMI.

C’est un morceau qui, pour moi, représente bien le style intransigeant et absolutiste de Tosh et dans lequel on retrouve un nombre de paroles basés dans la vie Jamaïcaine. L’expression ” no feel no way” est purement locale et veut dire littéralement “ne te sens d’aucune manière” et que l’on peut traduire en quelque sortes par “inutile de réagir négativement”. Au cours du morceau Tosh utilise de nombreuses images de son île natale pour appuyer l’idée que les actions ont leurs conséquences et que considérant, comme l’estime Peter, que nous vivons dans l’époque de l’Apocalypse, le jugement de chacun se fera sur la base de nos actions.

Peter Tosh – “Feel No Way”

Français :

Inutile de réagir négativement
Je dis que le jour de paie approche
Inutile de réagir négativement
Chaque homme reçoit sa paye en fonction de ses œuvres

On ne peut pas planter des haricots et récolter du riz
On ne peut pas planter du taro et récolter des ignames
On ne peut planter des navets et récolter des tomates
On ne peut pas planter des fruits-à-pain et récolter des patates
Refrain
On ne peut pas raconter des mensonges et entendre la vérité
On ne peut pas vivre mal et aimer le bien
On ne peut pas vivre positivement et être déprimé
On ne peut pas donner des dollars et vouloir recevoir des livres
Refrain
On ne peut pas avoir tort et obtenir ce qui est juste
On ne peut pas recevoir des coups de pieds et ne pas se battre
On ne peut pas boire de l’eau et s’enivrer

On ne peut pas boire du whisky et rester sobre

Anglais : 

No bother feel no way
It’s coming close to payday I say
No bother feel no way
Every man get paid accord to his work this day
Cannot plant peas and reap rice
Cannot plant cocoa and reap yam
Cannot plant turnip and reap tomato
Cannot plant breadfruit and reap potato
Chorus
Cannot tell lie and hear truth
Cannot live bad and love good
Cannot live up and get down
Cannot give a dollar and want a pound
Chorus
Cannot be wrong and get right
Cannot be kicked and don’t fight
Cannot drink water and get drunk

Cannot drink whiskey and stay sober

On se retrouve dans deux semaines pour continuer notre exploration des racines musicales de la Jamaïque, alors restez connectés pour un nouveau numéro de Lyrics & Culture ! Une traduction par James Danino. Si vous voulez découvrir de nouvelle traduction de James Danino, rendez-vous sur : Wisdom Knowledge Understanding. Pour soutenir le travail de James Danino participez en ligne sur PayPal : Sir James Paypal. Et si vous voulez le contacter c’est par ici : SirJamesReggae.

LAISSER UN COMMENTAIRE